Entreprise de France

Découvrez la richesse de notre pays

Le secteur automobile français en détresse face à la transition énergétique Green Deal

La lutte contre le réchauffement climatique est vitale, c’est pourquoi la Commission Européenne a proposé de réduire les émissions de CO2 avec le Green Deal. Cette stratégie consiste à faire baisser de manière radicale les émissions de CO2 et surtout l’interdiction du moteur thermique d’ici 2035.

Une transition énergétique dévastatrice

La nouvelle est tombée, de nouvelles réglementations vont être mises en vigueur par la Commission européenne concernant l’industrie automobile dans le but de réduire l’impact écologique dû aux fortes émissions de CO2. Le Green Deal a ainsi été mis en avant pour mettre en œuvre de manière significative cette lutte contre le réchauffement climatique. Le paquet législatif « Fit for 55 » proposé par Bruxelles va catégoriquement mettre fin à la commercialisation des voitures à essence d’ici 2035. Un véritable coup d’arrêt pour les entreprises françaises.

Tirer un trait sur cent ans de savoir-faire européen

Si l’on suit cette perspective, qui a été adoptée au regard de l’état actuel du climat mondial, c’est un changement radical, non plus seulement au niveau de la production, mais de tout un système qui a fonctionné depuis plus d’un siècle qui va survenir. Luc Chatel, président de la Plateforme Filière Automobile, soulève déjà la question d’une perte considérable d’emplois qui se comptera par milliers. Selon ses dires, la Communauté européenne va tirer un trait sur cent ans de savoir-faire européen avec cette obligation d’aller vers une solution technologique unique.

Un rebondissement moyennant un financement venant de l’Etat

La disparition totale de la production automobile à moteur thermique va générer une casse sociale sans pareil pour la filière automobile française. C’est la raison pour laquelle cette filière avait demandé au Président de la République de faire le point sur ce secteur devenu très précaire. En effet, selon Luc Chatel, président de la PFA, un rebond de cette industrie est toujours envisageable, mais moyennant un soutien de poids provenant de l’Etat qui serait estimé aux alentours de 17,5 milliards sur les 4 prochaines années.

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2024 Entreprise de France

Mention légales

Politique de confidentialité